Recherche rapide:
Deuxième défaite frustrante pour la JSK en déplacement

Lubumbashi ne sourit pas à la JSK. Après son match aux allures de supplices face à Mazembe (3-0), la JSK vient de subir le même sort devant Lubumbashi sport qui, selon les statistiques, n'a jamais perdu un match après avoir mené 2-0 depuis la saison 2018-2019. Lubumbashi Sport se devait d’améliorer son esprit de compétition. 11e au classement avec 8 points pour 8 sorties, les poulains du coach Etienne Ilunga débutent le match en étant concentrés au niveau de l’animation et l’utilisation du ballon. A la 11e minute, David Mwakusu en deux temps réussit à battre le portier Bulayima Yala devant une amorphe défense de Kinois. JSK étouffée n’arrive pas à faire son jeu. A la 18e minute, d’une magnifique séquence collective des Kamikazes, Prince Tshal Musans sur un caviar de Don Makengele conclut par une belle frappe. A 2-0, la JSK devait réagir. A la demi-heure, l’équipe de Kinshasa commence à s'organiser et s'approche de plus en plus de la cage de Mujinga, mais elle est en souffrance dans le jeu et en incapacité de créer d'occasions franches. Au retour des vestiaires, la JSK s’active mais elle manque d’agressivité et de cohésion. L’équipe kinoise a éprouvée des grosses difficultés à développer son jeu. Trop de déchets et des imprécisions. L’équipe kinoise a éprouvée des grosses difficultés à développer son jeu. Trop de déchets et d'imprécisions. Entre temps, les lushois qui ont bien maîtrisés leur adversaire se sont repliés pour une stabilité défensive afin de préserver leur avance. A la 60e minute, dans un semblant de temps fort, les Kinois, entreprenant n’ont pas pu porter le danger dans la surface de Lubumbashi Sport. Les lushois quant à eux, sont sur leur garde et rugissent toujours. A la 74e minute, Kabasele lance Guy Banze en une touche qui sert parfaitement Prince Tshal Musans qui coupe court au suspense est marque le but du break. *Grâce à son doublé cet après-midi, #Prince_Tshal_Musans devient le meilleur buteur du championnat avec 5 buts.* A 3-0, plus rien à faire. Les kinois sont glacés et désillusionnés. En désespoir, toutes leurs actions semblaient sans appui et n’aboutissaient pas, bien qu’ils aient parus tranchant dans les dernières minutes.