Recherche rapide:
VL1: Entre envies et objectifs des clubs, comment se jouent les places au classement ?

A cause de la pandémie coronavirus, le foot congolais est à l’arrêt. En confinement, tout le monde se protège et voudrait que ce cauchemar prenne fin. Entre-temps, les esprits continuent à se surchauffer quant au classement de la vodacom ligue 1. Un championnat qui a évolué techniquement, tactiquement mais également très physique. Il y'a lieu de voir les grandes et légendaires équipes du pays suer à grosse goûtes devant celle qu’on considère petite et même les promus. Lorsque même les parieurs doutent, on se rend compte que cette année, le championnat est très disputé car il n'y'a presque plus des victimes espillatoire parmi les compétiteurs.

 Une grandeur affirmée par les composants talents.

Entre révélation, preuve, et distinctions, Les talents de la Vodacom ligue 1 séduisent les autres championnats d’Afrique et du monde. Il n’y a qu’avoir qu'au cours de ce cinq dernières années, les grands talents de Mazembe de Mbokani à Elia passant par Samatta, Asale et Luyindama, étrangers ou congolais, c'est presque 10 talents partis pour les grandes destinations. Côté V-Club, des révélations comme Ngonda, Ngoma et Ava Dongo se sont très vite ouvert les portes des cadors. Sans compter que même Kilangalanga, à peine d'être affiché, ce dernier a pris la direction du nord.

 Les positions et les oppositions dans la lutte acharnée

Si Mazembe semble avoir  joué le fou sur son damier en prenant de l'avance, il paraît difficile pour Renaissance d'intégrer le Big five, impossible pour Lupopo d’échapper à son destin et peut-être que la relégation est inévitable pour Nyuki, Bukavu Dawa et est discutable pour Dauphin Noir et Sa Majesté Sanga Balende. Et pour le maintien, Lubumbashi Sport, Rangers et Racing Club de Kinshasa n'attendent plus d'exploit après avoir perdu l'équilibre en début de la phase retour. Don Bosco et Simba sont condamnés dans la deuxième partie du classement.

Pour la course aux place qualificative pour les interclubs africains, V-Club, DC Motema Pembe, Maniema Union et Bazano quant à eux, misent leurs forces sur la deuxième et la troisième place du classement. Une vraie détermination qui se fait apercevoir à chaque match.

Maniema Union, ne jure que sur les victoires. Jouant à domicile, depuis le début de la phase retour, les unionistes n’ont rien laissé leur échapper, que ça soit sur le terrain ou sur tapis vert. Renaissance, Don Bosco, Nyuki sont tombés devant la fureur des jeunes de Kindu.

Fort de caractère, la JSG Bazano n’arrête pas sa démonstration de talent. Malgré sa lourde défaite face à l’AS Vclub (3-1), les miniers ont repris leur élan de la phase aller. Ils continuent à effrayer leurs adversaires sur terrain et même en dehors du terrain. « Il faut se méfier de ce genre d’équipe » disait Pamphile Mihayo. Une équipe joueuse où son entraîneur, Dauda Lupembe, ne compte que sur le jeu collectif.

Si V.Club s’est ressaisi, c’est aussi grâce au rebond de confiance de Fiston Mayele, prolifique en phase retour avec 12 buts pour 10 matches. Les verts et noirs qui ont fait appel à certains anciens, expérimentés, pour renforcer l’ossature, semblent avoir le pied sur le ballon à chaque match et s’assure la place de grand.

Malgré ces quelques victoires, Dcmp est dans un grand méli-mélo. En équipe en pleine reconstruction qui peine à maintenir un rythme constant.

La troisième place ou la récompense du presque parfait ?

Dans l'attente de l'épuisement des ressources de certains et la perte d'équilibre des autres, la troisième place du classement général, récompensera le loupé des quatre équipes dans la lutte acharnée pour la deuxième place.

Dans le simple calcul, la troisième place sera la récompense de celui qui aura manqué d'un petit peu la deuxième. Et cela entre surprise et sensation, Maniema Union et la JSG Bazano, jouent pour bouleverser le grand échiquier dans la course contre V-Club et le DCMP qui se retrouvent obligés de mettre le turbo pour ne pas subir la force du tourbillon.

Rien n'est irréversible, devient donc la règle d'or de la compétition.