Recherche rapide:
Autorisé à jouer par la FIFA, Meschack Elia a retrouvé le sourire en Suisse

Joueur de Young Boys de Berne en Suisse, ancien sociétaire du TP Mazembe et un des meilleurs Léopards vainqueurs du CHAN 2016 au Rwanda et à la CAN 2019 en Egypte, Meschack Elia Lina représente, en ce moment, un grand espoir pour le futur du football congolais.

Au terme d'une saison quasiment réussie avec de prestations qui ne peuvent laisser indifférent tout recruteur avisé, Meschack qui a quitté Mazembe pour l'Europe avec la bénédiction de son président Moïse Katumbi, a fini par faire volte-face.

Cet ancien de Jogari de Me Innocent Kibundulu, club géniteur du FC Renaissance du Congo et qui, auparavant, avait fait sensation au tournoi "Airtel jeunes talents" avant de se découvrir chez Don Bosco, avait une autre idée derrière la tête.

A peine débarqué en Belgique, Meschack est signalé porté disparu par le TP Mazembe, son club de provenance, après un essai concluant au RSC Anderlecht. Il réapparaît en Suisse en quête d'asile politique, a-t-on appris. Au passage, l’ancien de Mazembe considère cet épisode comme un mauvais souvenir de sa carrière.

« J'ai pleuré pour ce qui s'est passé et j'ai eu peur pour mon avenir. Mais c’était plus de peur que de mal d'autant plus que Dieu a ouvert d'autres portes devant moi et j'ai maintenant un autre club. Ce qui s'est passé à Anderlecht, appartient au passé. En fait, les conditions n'y étaient pas réunies et d'ailleurs-, je n'aime pas en parler en détails. Si c'était pour l'argent, comme d'aucuns croient, je pouvais aller au Qatar. Mon objectif était de jouer en Europe ».

L'intérêt et le désir de jouer chez les Jaune et Noir de Berne datent de bien longtemps pour Meschack Elia Lina. « Je suivais cette équipe de suisse depuis longtemps et je me disais que je pouvais commencer par là. En plus, les responsables de ce club me suivaient tout autant et m'écrivait depuis Mazembe pour me donner du courage », a-t-il indiqué.

 Le jeune Meschack Elia se dit plein d’ambitions avec son nouveau club où il devrait encore s'affirmer. 

« Je brûle d'impatience et je rêve d'une opportunité d'affronter, si possible, Cristiano et Messi dans un match. Je tiens mordicus à être en face de ces deux joueurs ».

A l'issue d'un chevauchement judiciaire auprès de la FIFA, celle-ci a autorisé l’enfant de Kinshasa à jouer malgré le litige avec le TP Mazembe. Le 23 février dernier, il a rechaussé les bottines et est entré lors d'un match de championnat où il a disputé une bonne dizaine de minutes.