Recherche rapide:
Interview avec l’avant-centre de VClub, Fiston Kalala

« Mon but inscrit à Lubumbashi contre Bazano est un chef-d'œuvre »

Transfuge de l’AS Simba de Kolwezi, Fiston Kalala Mayele a rejoint VClub en début 2019. Avant son arrivé, les Dauphins noirs de Kinshasa misé sur Ahmed Touré et César Manzoki Lobi, comme avant-centres, qui ont eu bien de difficultés à trouver leurs vraies marques offensives.

Aujourd’hui, Fiston Kalala s'inscrit sur les pas de ses devancier réputés grands artificiers des vert et noir comme Jean Marc Makusu, Tady Agiti Etekiama, Beligo "Somo Trop",  Feu Bobutaka Bokina Bobo, Nkama Mundweni, Adelar Mayanga, feux Ndaye Mulamba, Jean Kembo, Mayaula Mayoni, Luc Mawa, feu Trouet Mokuna et bien d'autres.

Rencontré à la permanence de V.Club, le buteur maison des moscovites avoue que « Vclub avait très mal débuté la saison 2019-2020 au point que la phase aller du championnat s'est avérée très compliquée. Mais en manche retour, à force de travail, les choses se sont nettement améliorées. A la veille de la suspension du championnat pour raison dû a la covid-19, nous avons battu le FC Renaissance (2-0). Notre objectif était de voir l'équipe figurer parmi les deux clubs éligibles à la prochaine compétition de la ligue des champions de la Caf - Dieu merci, nous y sommes parvenus ».

 

VL1 : Que peut-on attendre de Fiston Mayele la saison prochaine ?

Fiston Kalala Mayele : Pour ma première expérience à la ligue des champions de la CAF, je n'ai pas joué beaucoup des matches. En termes de bilan, je n'ai réussi qu'un but lors du match entre V.Club et la Jeunesse Sportive de Kabylie (JSK). Mais je considère cela au passé. Nous avons tout oublié de tous les matches livrés desquels, nous avons tiré beaucoup d'enseignements. Notre regard est désormais tourné vers l'avenir. Et je compte redoubler d'efforts pour répondre aux attentes de nos Supporteurs.

VL1 : Si à la ligue des champions de la CAF, vous avez été moins prolixe, au  championnat national vous avez au moins prouvé de quel bois vous vous chauffez.

FKM : J'avais commencé le championnat en retard mais j'ai eu la chance de marquer 12 buts. Je n’avais inscrit qu’un seul but en phase aller. C’est avec beaucoup abnégation, d’envie mais surtout des encouragements du coach Ibenge, qui a cru en mon talent qu’en phase retour j’ai pu réussi à marquer 11 buts.

 

VL1 : Lequel des 12 buts vous a le plus marqué ?

FKM : C'est celui marqué en phase retour à Lubumbashi, lors de notre victoire contre la JSG Bazano  (3-1). Ce match était très difficile et très important pour V.Club qui tenait à repartir en Afrique. Bazano, une équipe très joyeuse, nous avait imposé au match aller un nul (1-1) au Stade des Martys. Et donc, une défaite ou un nul pouvait compromettre toutes nos chances. Les deux équipes étaient à égalité de 34 points  avec Bazano qui avait l'avantage de deux matchs de retard.  Mais voilà que sur l'aire de jeu, nous sommes menés à la mi-temps. A la reprise, Ousmane Ouattara égalise avant que Jésus Moloko Ducapel ne double la mise. J'ai enfoncé le clou au 3ème but que je considère comme un chef d'œuvre personnel.

Ce but inoubliable m'a rempli de joie du fait que mes parents, présents au Stade de Mazembe, étaient témoins oculaires.

Hormis le but qu’il qualifie de chef d’œuvre, Fiston soutien qu’il n’oubliera pas aussi son dernier but de saison. « Notre match contre Renaissance, le dernier de la saison, était aussi très décisif. J’ai marqué ce but là en difficulté. Et pour le célébrer, en compagnie de quelques co-équipiers, nous avons exhibé le pas de la danse "Lodjano" qui est  mon invention personnelle, depuis le bas âge, quand j'ai embrassé le football. Et chaque fois que j'inscris un but c'est de la sorte que je fête mes réalisations»..

 

VL1 : 12e buts et du coup, vous avez rejoint Jackson Muleka et Platini Mpiana Mozinzi au royaume des meilleurs buteurs.

FKM : Il fallait le faire. Avec 12 buts, je m'étais propulsé au même diapason que Jackson Muleka de Mazembe et Platini Mpiana Mozinzi de Lupopo.  Mais moi, je n'ai joué que 14 matches sur les 25 livrés par V.Club. J'aurais peut-être fait mieux si je n'avais pas connu quelques difficultés et si je n'avais pas démarré le championnat en retard. Marquer 12 buts n'était pas facile. C'est pourquoi je m'en réjouis. Ainsi, pour l'ensemble, je considère que j'ai réussi ma saison.

 

VL1 : Et votre présélection au sein des Léopards du Chan.

FKM : Chaque chose a son temps. Les performances de V. Club ont fait de moi ce que je suis aujourd'hui. Fort du travail abattu, j'ai été présélectionné dans le onze national du Chan 2020. Malheureusement, le coronavirus s'est interposé et la compétition a été reportée. Quoiqu'il en soit, je tiens à travailler davantage pour mériter plus et être toujours plus performant la saison prochaine.

 

VL1 : Quelle est ton idole ?

FKM : J'en ai deux. A l'extérieur, c'est le brésilien Ronaldo. Pour les joueurs congolais, c'est Dieu merci Mbokani. L'un et l'autre m'inspirent par leur sens de but.

 

VL1 : Quelle équipe, parmi les 16 du championnat qui vous a impressionnée ?

FKM : Pour moi, c'est la JSG Bazano qui m'a fait forte impression pour sa prestation extraordinaire. Depuis que je connaissais cette formation à Lubumbashi, c'est pour la toute première fois qu'elle m'a séduit. Ce club nous a mis en difficulté et nous avait tenus en échec (1-1), à Kinshasa. Bravo à l'entraîneur de cette équipe et à tous ses dirigeants.

 

VL1 : Par ce temps de la pandémie du coronavirus, comment faites-vous pour vous maintenir en forme?

FKM : Nous avons eu un programme individuel de la part de l'entraîneur. Il nous a été demandé de courir pendant 20 minutes. Il suffit d'avoir un peu d'espace chez soi pour le faire. Pour moi, ces 20 minutes correspondent à 66 pas. Et je me suis facilité la tâche en chronométrant sur mon téléphone. Au bout de ces vingt minutes, je travaille mes abdominaux. A défaut de ce programme, je fais du jogging de la 1ère à la 13ème rue à Limete, entre 5 heures 30 et 6 heures 45 avant de regagner mon docile vers 7 heures.